Ma petite entreprise sur le Web

Internet pour les TPE, PME, associations, indépendants, artistes, et petites structures.

23 mai 2013
de Fred Reillier
0 Commentaires

e-commerce : les internautes s’informent peu sur les réseaux sociaux

Yuseo est une société spécialisée dans l’étude de la clientèle en ligne. D’après une étude Yuseo publiée la semaine dernière, les réseaux sociaux ne seraient pas un outil privilégié par les internautes pour préparer ou effectuer leurs achats : en effet, parmi les quelques 6.000 cyber consommateurs interrogées, 47% déclarent ne pas utiliser les réseaux sociaux dans le cadre de leurs achats en ligne. De l’autre côté, seulement 6% reconnaissent y avoir recours fréquemment et 8% plus occasionnellement.

Un faible usage qu’on retrouve aussi bien chez les acheteurs fréquents que chez les jeunes, populations que l’on pourrait croire plus « connectées » aux réseaux sociaux.

Petit frémissement, en revanche : même si le comportement est encore minoritaire, la tendance à partager des bons de réduction, à donner son avis sur un commerce, et à se laisser influencer par les avis des autres, est en légère hausse par rapport à l’étude précédente.

Moralité : les réseaux sociaux, aujourd’hui, ça peut servir à augmenter votre notoriété, à améliorer votre présence Web, à fidéliser, mais pas à vendre, comme je l’expliquais dans cet article sur les réseaux sociaux .

Petite bizarrerie : le site e-commercemag a publié un article à propos de cette étude (c’est ainsi que je l’ai découverte) en mettant l’accent sur les 46% qui trouvent les bons de réduction utiles, laissant croire que les réseaux sociaux sont un ingrédient essentiel de l’acte d’achat en ligne…

En savoir plus : 

22 mai 2013
de Fred Reillier
0 Commentaires

Internet mobile et e-commerce : en croissance malgré la crise

Internet qui rit, économie qui pleure

Internet qui rit, économie qui pleure

Deux études publiées la semaine dernière par Médiamétrie confirment que l’Internet mobile et le commerce en ligne poursuivent leur croissance au premier trimestre 2013.

Petit résumé et liens pour consulter les études en détail :

Beau fixe pour le mobile

  • Au premier trimestre 2013, plus de 24 millions de Français ont surfé sur internet via leur téléphone mobile
  • Cela représente près de 45% des individus de 11 ans et plus,  ou encore 4,1 millions de mobinautes supplémentaires depuis un an.
  • En mars 2013, les mobinautes ont, en moyenne, consulté internet via 5,8 applications (4,4 en janvier 2012) et 32,5 sites (25,8 en janvier 2012).

Il n’y a pas longtemps, je vous expliquais qu’il devenait urgent de vous « mobiliser pour rendre votre site visible sur les mobiles... Vous me croyez maintenant ?

En savoir plus : L’audience de l’internet mobile en France en mars 2013

Généralisation du e-commerce aux plus de 50 ans

  • Au 1er trimestre 2013, 32,6 millions d’internautes ont effectué des achats sur Internet. Cela correspond à une progression de 5% en un an.
  • Fait marquant, relevé par  Bertrand Krug, Directeur du Département des Mesures d’Efficacité Online de Médiamétrie//NetRatings, « les 50 ans et plus se sont désormais convertis à l’achat en ligne : en 4 ans, leur nombre a progressé 2 fois plus vite que le total des cyberacheteurs. ».
  • Les profils les plus adeptes de l’achat en ligne sont toujours les CSP+ et les 25-49 ans.

Alors, allez-vous vous lancer dans le e-commerce ?

En savoir plus : Baromètre trimestriel de l’audience du e-commerce en France

21 mai 2013
de Fred Reillier
0 Commentaires

Vu dans Le Monde : Les PME du Web sont des multinationales

J’ai occupé mon week-end pluvieux à relire mes archives, et je suis retombé sur cet article, publié sur Le Monde il y a deux ans, à l’occasion de la sortie d’un rapport sur « l’impact d’Internet sur l’économie française« , réalisé par le cabinet McKinsey pour le ministère de l’Economie et des Finances.

Petit extrait :

Une multitude de micro-multinationales, souvent logées au cœur des régions françaises, tirent d’Internet un véritable bénéfice pour leur développement propre et celui de leur environnement.

Exemples, chiffres, idées : une lecture très stimulante, toujours autant d’actualité (et peut-être même davantage).

Envie d’en savoir plus ?

L’article : Les PME du Web sont des multinationales

Le rapport : Impact d’Internet sur l’économie française (format PDF)

20 mai 2013
de Fred Reillier
0 Commentaires

Pratique : tout ce qu’il faut savoir pour choisir et créer votre nom de domaine

Nom de domaineAprès avoir discuté avec quelques lecteurs de ce blog, j’ai retenu une suggestion : créer des articles pratiques pour vous permettre de mieux comprendre le fonctionnement d’Internet, et éventuellement de réaliser vous-même quelques opérations simples bien qu’essentielles.

J’inaugure donc cette rubrique avec le sujet du nom de domaine, puisque  le choix du nom de domaine est la première étape de toute réalisation sur le Web.

Lire la suite →

16 mai 2013
de Fred Reillier
0 Commentaires

Vous seul pouvez assurer le succès de votre projet Web

Le site dont vous êtes le héros

Le site dont vous êtes le héros

Cela fait 10 ans maintenant que je crée des sites Internet pour des clients. J’ai vu à peu près tous les cas de figure : clients gros ou petits, interlocuteurs de tous âges et de tous niveaux, collaboration avec toutes sortes d’agences…

Ce que j’en ai retiré ? Deux règles et cinq conseils :

Lire la suite →

13 mai 2013
de Fred Reillier
0 Commentaires

Web-to-store : Internet est le meilleur outil pour que vos clients viennent jusqu’à vous

Je voudrais partager avec vous un article très intéressant que je viens de lire sur le blog de l’agence en community management Cybel i-mage.

Son titre :  Le web-to-store, nouveau levier de croissance pour les magasins. A première vue, c’est du jargon marketing (je confirme, c’en est !). Mais l’idée est simple et l’article est passionnant, et devrait vous donner plein d’idées pour utiliser votre site Internet au service de votre business.

– L’idée :  Alors qu’on a longtemps cru qu’Internet allait tuer le commerce physique, on réalise aujourd’hui que, au contraire, le Web est un moyen efficace d’attirer les clients vers une boutique ou un établissement.

 – L’article : je vous laisse le découvrir à son emplacement original. Simplement une citation pour vous mettre en appétit :

Rappelons-nous qu’aux débuts de l’e-commerce, la plupart des spécialistes craignaient de voir l’e-commerce sérieusement grignoter les parts de marchés des points de ventes physiques.

Une bonne dizaine d’années plus tard, le constat est tout autre :

  • 92% des achats se font en magasin.
  • 86% des internautes utilisent la Toile comme source d’informations pour leurs achats.
  • 77% des internautes juge le Net indispensable pour préparer leurs emplettes.

Ces chiffres traduisent également l’arrivée d’un phénomène complémentaire au Web-to-Store : le ROPO pour Research Online Purchase Offline : « Rechercher en ligne acheter hors ligne »

La suite de l’article a pour titre Tirer profit du Web-to-Store pour votre entreprise… Je vous laisse le découvrir : Le web-to-store, nouveau levier de croissance pour les magasins.

30 avril 2013
de Fred Reillier
0 Commentaires

Le temps est la ressource la plus rare. Comment s’organiser pour faire vivre votre présence Web ?

Tant de choses à faire et si peu de temps...Le problème, avec Internet, ça n’est pas le coût des outils (les  meilleurs sont souvent gratuits), ni leur difficulté de mise en oeuvre. Le problème, c’est le temps qu’il faut consacrer à votre projet Internet :

  • Le temps nécessaire pour trouver les bons conseils sur la stratégie judicieuse
  • Le temps pour dénicher les outils adaptés à votre besoin
  • Le temps pour apprendre à s’en servir, ou pour trouver un prestataire qui puisse le faire à votre place pour un tarif non prohibitif
  • Et surtout, une fois que tout est en place, le temps que vous devrez passer à gérer le système : répondre aux mails, mettre à jour les informations, suivre vos performances, améliorer votre référencement, rédiger la newsletter, assurer votre présence sur les réseaux sociaux…
  • Sans compter le temps qu’il faudra continuer à consacrer à faire un peu de veille, pour identifier les pistes d’améliorations ou les nouvelles tendances

L’entreprise se trouve donc confrontée à des problèmes de ressources humaines et de temps. Je sais parfaitement cela : alors que c’est mon métier, que je connais la bonne stratégie et les outils, et que je sais m’en servir, je manque de temps pour le reste, le suivi au quotidien qui est pourtant l’aspect le plus important du dispositif.

La clé pour s’en tirer ? S’organiser. Il existe plein d’outils et de méthodes pour gagner un temps fou. Je reviendrai dans d’autres articles sur les plus importants d’entre eux, mais voici déjà une liste des solutions les plus simples qui me permettent de gagner du temps pour diffuser mes contenus.

Lire la suite →

25 avril 2013
de Fred Reillier
0 Commentaires

Vous ne voulez pas un site Internet, vous voulez des clients

Le client et son webdesigner

Le client et son webdesigner

Quand vous dites à un pro de l’Internet que vous aimeriez avoir un site Web ou améliorer votre site existant, il y a des chances qu’il vous réponde quelque chose ressemblant à ceci :

« Je vais vous faire un site accessible en HTML5 conforme aux standards, avec une interface riche en javascript pour une meilleure convivialité, optimisé pour un bon référencement, et avec un design responsif pour être visible sur les mobiles… ».

Bref, tout un tas de choses pertinentes, mais dont, en réalité, vous n’avez strictement rien à faire. Parce que, en fin de compte, vous voulez une seule chose : des clients. Un site qui ne vous aide pas à trouver des clients, ou bien à mieux servir vos clients existants, est un site qui ne vous sert à rien. 

Le HTML5, le design responsif et toutes ces belles choses ne sont que des ingrédients, qui doivent se fondre dans une recette complexe dont seul le résultat vous intéresse : un site qui donne envie aux internautes, qu’ils soient déjà vos clients ou non, d’avoir recours à vos services ou d’acheter vos produits.

Vue sous cette angle, la question du site Internet prend une autre tournure. Et vous pouvez commencer à réfléchir aux éléments essentiels qui permettent, à chaque stade du cycle de vie d’un client, à faire de votre site Internet un système au service de votre développement. Les prochains billets de ce blog seront consacrés à cet aspect des choses.

Si vous dites que vous avez besoin d’un site Internet, des tas de prestataires vous proposeront plein de pistes et de solutions. Au moment de faire votre choix, ne perdez jamais de vue l’essentiel : un site qui ne vous aide pas à trouver des clients, ou bien à conserver vos clients existants, est un site qui vous fera dépenser du temps et de l’argent en pure perte.

 

 

 

 

 

23 avril 2013
de Fred Reillier
0 Commentaires

Rework : Il est urgent de travailler autrement.


Depuis le lancement de ce blog, j’ai eu pas mal de conversations avec des amis, lecteurs, entrepreneurs, indépendants, contacts LinkedIn et autres interlocuteurs, autour du thème : qu’est-ce qui est le plus important pour aider une TPE-PME à réussir sur Internet ?

Ces discussions tournent souvent autour d’un même thème : même si on sait ce qu’il faudrait faire dans l’idéal, le problème est qu’une petite structure a des ressources limitées.Ressources limitées en termes de budget, bien sûr, mais surtout en termes de temps. Lorsqu’on est seul ou une toute petite équipe, la gestion d’un projet Web et d’une identité digitale sont consommatrices de temps, et il n’est pas toujours facile de savoir comment hiérarchiser ses priorités.

Résultat : bien souvent, de grandes ambitions, puis la dispersion, puis l’épuisement, et enfin l’abandon.

Conclusion : avant même d’entrer dans le détail des actions concrètes, le problème est de s’organiser pour aller à l’essentiel et éviter de perdre son temps avec les activités d’importance secondaires.

Pour réussir à se mettre dans un état d’esprit adapté à cette nouvelle manière de travailler et de se mettre en relation avec son environnement, il y a un livre que je vous recommande particulièrement : Rework.

C’est un livre léger, dont les conseils sont particulièrement adaptés aux petites structures, qui se lit comme un roman, rempli de conseils et de constats implacables sur l’inefficacité des méthodes classiques de travail. Un livre que je relis régulièrement pour me secouer. Sorti en 2010, Rework a été longtemps un best-seller dans la catégorie « business books« , et reste à mon avis inégalable. Il existe une traduction française, sous le titre : Rework : Réussir autrement.

Et comme ce sont les auteurs qui en parlent le mieux, je les laisse présenter eux-mêmes leur ouvrage :

Most business books give you the same old advice: Write a business plan, study the competition, seek investors, yadda yadda. If you’re looking for a book like that, put this one back on the shelf.

Rework shows you a better, faster, easier way to succeed in business. Read it and you’ll know why plans are actually harmful, why you don’t need outside investors, and why you’re better off ignoring the competition. The truth is, you need less than you think. You don’t need to be a workaholic. You don’t need to staff up. You don’t need to waste time on paperwork or meetings. You don’t even need an office. Those are all just excuses.

What you really need to do is stop talking and start working. This book shows you the way. You’ll learn how to be more productive, how to get exposure without breaking the bank, and tons more counterintuitive ideas that will inspire and provoke you.

With its straightforward language and easy-is-better approach, Rework is the perfect playbook for anyone who’s ever dreamed of doing it on their own. Hardcore entrepreneurs, small-business owners, people stuck in day jobs they hate, victims of « downsizing, » and artists who don’t want to starve anymore will all find valuable guidance in these pages.

 

Comment travailler efficacement ? Comment tirer parti des nouveaux outils ? Quelle démarche adopter ? Comment collaborer à distance ? Comment éviter de perdre du temps à rédiger des documents que personne ne lit, à participer à des réunions ou des rendez-vous trop longs, à mettre en place des projets trop gros ?

Pour répondre à ces questions, Rework est une lecture indispensable.

 

 

19 avril 2013
de Fred Reillier
0 Commentaires

Un fan sur Facebook = 174 Dollars

pme_facebookMarketingIl y a un mois, vous pouviez trouver sur la page d’accueil de ce blog un billet intitulé  Combien de temps pourrez-vous encore les ignorer ? Une introduction aux réseaux sociaux.

Une semaine plus tard, je vous demandais : Facebook s’intéresse aux PME. Devez-vous vous intéresser à Facebook ?

Et vous pensiez que j’allais vous lâcher ? Pas du tout. Vous allez peut-être trouver que ça tourne à l’obsession, et vous aurez raison. Mais si je fais tout ça, c’est pour votre bien : pour de nombreuses petites entreprises, c’est tout simplement une faute majeure de passer à côté de Facebook. Notamment si votre entreprise est un lieu public (restaurants, bars, salles de concerts), un commerce de bouche, une entreprise de proximité.

Alors aujourd’hui, deux nouvelles informations pour vous convaincre encore davantage.

Un fan = 174 dollars

Le site Mashable publiait hier les résultats d’une étude réalisée par le cabinet Syncapse (spécialisé en marketing sur les réseaux sociaux), évaluant la valeur moyenne d’un fan Facebook à 174 dollars, en augmentation de 28% par rapport à leur étude précédente, réalisée en 2010.

L’étude est intéressante car elle entre dans les détails, explique que la valeur d’un fan dépend largement de la marque (plus de 400$ pour Zara, environ 70$ pour Coca Cola), et s’attarde sur le comportement de la catégorie d’internautes qui ont tendance à être fans de pages de marques (plus dépensiers que les autres).

Les éléments de « valeur » pris en compte par l’étude pour estimer la valeur d’un fan de marque comparé à un internaute qui n’est pas fan sont les suivants :  les dépenses réellement effectuées, mais aussi le coût d’acquisition, la fidélité à la marque, l’activité de partage, et la valeur « média ».

L’étude est centrée sur les fans de marques mondiales, mais ses enseignements sont aisément transposables aux PME et entreprises de proximité. On peut retenir notamment que le fait d’être fan d’une page sur Facebook a un impact réel sur la consommation et la fidélité d’un internaute, et que selon qu’on commercialise des produits chers ou non, la valeur d’un fan n’est pas la même, et la fréquence optimale des messages non plus. A lire absolument.

L’article :  A Facebook Fan Is Worth $174, Researcher Says
http://mashable.com/2013/04/17/facebook-fan-value-researcher/

Facebook dévoile quelques données sur les PME de proximité

Le 12 avril dernier  Facebook publiait quelques données statistiques sur la place des « small local business » aux USA sur sa plateforme, ainsi que quelques success stories. Résultat : plus de 70% des utilisateurs actifs de Facebook sont connectés à au moins une entreprise de proximité, générant chaque mois 645 millions de pages vues et 11 millions de commentaires.

Si on rapproche ces données de l’étude précédente sur le comportement des fans de pages, on ne peut pas ne pas entrevoir l’énorme potentiel que représente Facebook pour les TPE qui sauront l’utiliser.

Convaincus, cette fois-ci ?

%d blogueurs aiment cette page :