Ma petite entreprise sur le Web

Internet pour les TPE, PME, associations, indépendants, artistes, et petites structures.

Vous seul pouvez assurer le succès de votre projet Web

| 0 Commentaires

Le site dont vous êtes le héros

Le site dont vous êtes le héros

Cela fait 10 ans maintenant que je crée des sites Internet pour des clients. J’ai vu à peu près tous les cas de figure : clients gros ou petits, interlocuteurs de tous âges et de tous niveaux, collaboration avec toutes sortes d’agences…

Ce que j’en ai retiré ? Deux règles et cinq conseils :

Règle numéro 1 : Chaque projet web est unique.

Evidemment, avec l’expérience, on peut utiliser dans un projet une recette qui a fonctionné dans un autre. Mais un projet de site Internet n’est vraiment réussi que si le résultat est totalement en accord avec l’identité, les objectifs, les besoins et  l’organisation du client.

Si l’une de ces dimensions est mal ajustée, les problèmes finiront par apparaître :

  • Un message trop artificiel par rapport à votre identité réelle sera démenti au fur et à mesure des mises à jour, et le résultat sera incohérent. Or votre identité est unique. Votre site ne peut pas être similaire à celui du voisin.
  • Un site mal adapté à vos objectifs et à vos besoins ne vous satisfera pas : soit vous le laisserez à l’abandon (c’est fréquent), soit vous chercherez un prestataire pour réaliser une nouvelle version, en déclarant que le prestataire précédent était nul.
  • Un site mal pensé par rapport à votre organisation sera pénible à gérer : si personne n’a le temps d’effectuer les mises à jour prévues, ou de répondre aux messages reçus, l’impact d’image sera négatif. S’il faut des jours pour publier une information importante ou modifier une page, le site sera peu à peu abandonné.

En somme : chaque projet web est unique, parce que chaque client est unique. C’est le rôle d’un professionnel de l’Internet de savoir comprendre son client et de réaliser le projet qui lui correspond.

Règle numéro 2 : Le succès de votre projet repose essentiellement sur vous.

Pourquoi ? A cause de la règle numéro 1.

En effet, puisque vous êtes unique, vous avez besoin d’un site unique, qui s’accorde totalement à votre identité, à vos besoins, à vos objectifs et à vos moyens. Pour cela, vous devez être capable de donner à votre prestataire Web toutes les informations dont il a besoin pour réussir votre projet. 

Evidemment, certains prestataires savent, mieux que d’autres, s’intéresser à leurs clients et leur poser les bonnes questions. Ils sont des « accoucheurs » de sites, et en faisant appel à eux vous augmentez vos chances de succès. Mais même un bon prestataire attentif ne peut pas rendre un client réactif. Il ne peut pas l’obliger à s’investir dans son projet Web.

Vous devez également vous préparer à être l’acteur principal de ce projet. Un site Internet n’est pas un « produit », c’est un média. C’est un prolongement de vous-même, un projet dont la vie commence au jour de la mise en ligne. S’il fallait faire une comparaison, un site Internet est un peu comme un enfant, ou, pour garder les pieds sur terre, comme un animal de compagnie : c’est à partir du moment où vous l’avez que les problèmes (mais aussi les joies) commencent.

Parfois, votre entreprise connaît des changements, crée de nouveaux produits, vit une crise ou au contraire remporte un succès extraordinaire… C’est dans ces cas-là que vous devez avoir un site qui reflète votre identité. Cela ne peut pas se faire sans votre participation.

Souvent, vos clients comptent sur votre site Internet pour y trouver les informations et les services qu’ils attendent de vous… C’est pourquoi vous devez avoir réussi à expliquer précisément à votre prestataire quels sont vos besoins et vos objectifs. Vous êtes le seul à connaître intimement votre entreprise et à pouvoir mener à bien cette réflexion.

Parfois, ça ne fonctionne pas. Parfois, les résultats sont décevants. Parfois, ça tombe en panne. Parfois, un client envoie un message désagréable. Parfois, le site est attaqué par des hackers. Parfois, on commet une erreur de manipulation et la page d’accueil est défigurée…Vous êtes le seul à pouvoir mettre en place l’organisation qui vous sortira d’affaire en cas de pépin, en vous appuyant sur vos ressources internes ou sur des prestataires externes.

Alors ? Que devez-vous faire ?

C’est clair : vous êtes le seul à pouvoir réussir votre site. Alors comment s’y prendre ? Voici cinq conseils de base, cinq actions essentielles que vous seul pouvez décider de mettre en place pour mettre toutes les chances de votre côté.

1 – Rédigez un cahier des charges

Rédiger un cahier des charges est un excellent exercice. Il n’a pas besoin de faire 200 pages pour être utile. Son mérite n’est pas forcément de décrire le projet tel qu’il devra exister, mais vous obliger à décrire en détail le projet tel que vous l’imaginez.

Pour un prestataire, c’est un support idéal. Il y trouve toutes les informations dont il a besoin, et surtout de quoi poser des questions précises et pertinentes, vous expliquez les , et vous faire des suggestions plus utiles.

2 – Mettez en place une organisation adaptée

Si vous avez l’intention d’entretenir seul votre site, prévoyez d’y passer du temps. Beaucoup de temps, au début.

Si vous ne vous pouvez pas vous permettre d’y consacrer trop de temps, cherchez quelqu’un qui pourra le faire à votre place. Une personne sachant écrire, ayant une bonne compréhension de vos enjeux (n’espérez pas qu’un neveu travaillant pour quelques Euros pourra porter votre message de manière professionelle), ayant la curiosité suffisante pour acquérir de nouvelles compétences, et la rigueur suffisante pour vous tenir informé des actions et des résultats.

Si vous avez une équipe, faites appel en priorité l’un de ses membres. Il sera plus pertinent, plus opérationnel. Sinon, trouvez un prestataire de confiance, qui vous accompagnera.

3 – Mesurez les résultats

Mesurer les résultats est le seul moyen de comprendre si vous allez dans la bonne direction. Plus de 80% des sites utilisent Google Analytics pour leurs statistiques, vous devriez faire la même chose; et ne pas vous contenter de suivre l’évolution du nombre de visiteurs. Posez-vous des questions, faites des hypothèses, cherchez des anomalies, assurez-vous que votre compte est bien configuré…  Et ne vous contentez pas des pures statistiques : comptez les commentaires, les téléchargements, les « like » sur Facebook, tous les indicateurs d’intérêt (ou de désintérêt) qui vous permettent d’estimer votre succès et de réfléchir aux améliorations à apporter à votre dispositif.

4 – Faites simple et avancez par étapes

On sous-estime généralement l’énergie requise pour faire vivre un site. Ne chargez pas la barque, commencez simplement et avancez prudemment, en vous appuyant sur vos acquis et sur les résultats obtenus.

N’ayez pas peur de vous tromper. Si vous avancez par étapes, vos échecs ne seront que temporaires, passeront largement inaperçus, ne mettront pas votre projet en danger et vous apporteront de nombreux enseignements. Comme on dit souvent « fail often, fail early ».

L’autre avantage de prévoir de petites étapes, c’est que vous pouvez être plus agile, plus rapide, mesurer les résultats, puis décider où aller ensuite.

Qu’est-ce qu’une « petite étape » ? Par exemple : revoir votre formulaire de contact; ajouter une page avec des informations utiles, mettre en place une newsletter, montrer votre site à 5 utilisateurs et mettre en place leurs suggestions…  Si vous mesurez régulièrement les résultats, vous aurez plein d’idées de « petites étapes » indispensables.

Votre site doit vivre et évoluer. Obligez-vous à l’améliorer  très régulièrement; cela vous obligera à cultiver (ou recruter) les compétences qui vous permettront de réussir. Un site Internet n’est pas une publication statique, c’est plutôt comme un jardin : il y a toujours quelque chose à faire dans un jardin.

5 – Ne dépensez pas toute votre énergie sur votre site

J’ai l’habitude de dire qu’on devrait passer seulement 50% de son temps sur son propre site, et 50% ailleurs : sur les réseaux sociaux, sur les blogs, sur les sites des concurrents, partout où vous pouvez trouver des clients potentiels, des interlocuteurs, des partenaires, des informations, des idées, des pistes d’amélioration.

Votre site ne fonctionne pas en autarcie : il est lié au reste d’Internet, et vous pouvez faire beaucoup pour améliorer son environnement.

Voilà, vous savez maintenant pourquoi le succès de votre site repose sur vos épaules, et comment faire en sorte que lesdites épaules portent ce projet dans les meilleures conditions.

 

 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :