Ma petite entreprise sur le Web

Internet pour les TPE, PME, associations, indépendants, artistes, et petites structures.

1 juillet 2017
de Fred Reillier
Un commentaire

Etre premier sur Google ? Détendez-vous : ça ne sert plus à rien

« Comment être premier sur Google ? »… Le référencement Old School prospère encore. Il ne peut pas faire de mal, mais il passe à côté de l’essentiel.

C’est l’une des questions que me posent le plus souvent les gens que je rencontre : comment améliorer mon référencement ?

La réponse est très simple : Pour un meilleur référencement naturel, il faut créer du contenu (Sinon il faut penser au référencement payant – Adwords, ou les pubs Facebook, mais c’est un autre sujet)

Le problème, c’est que beaucoup d’entrepreneurs pensent encore qu’un bon référencement c’est « être premier sur Google ». C’était vrai il y a quelques années, et beaucoup de « professionnels » du référencement continuent à vendre leurs prestations de cette manière. Leurs conseils ne peuvent pas faire de mal, ils sont généralement plutôt bons, mais en les écoutant vous passez à côté de l’essentiel.

Car en réalité, les choses ont beaucoup changé ces derniers semestres.

La première chose à réaliser, c’est que « être premier sur Google » ne veut plus rien dire :

  • Si vous cherchez « musée« , Google affichera en priorité les musées autour de chez vous
  • Si vous cherchez « restaurant Toulouse« , et que Google identifie que vous êtes à Toulouse, vous verrez apparaître en priorité les restaurants ouverts autour du lieu où vous vous trouvez.
  • Si vous effectuez la même recherche alors que vous vous trouvez à plusieurs centaines de kilomètres, alors Google va penser que vous préparez un séjour à Toulouse et vous afficher en priorité des guides des meilleurs restaurants de Toulouse.

Et ainsi de suite : l’ambition de Google est de vous fournir les résultats les plus utiles, et pour cela le moteur essaye de deviner votre « intention » en utilisant tous les indices à sa disposition. Les résultats seront adaptés à votre cas particulier, et ne seront pas les mêmes que pour votre voisin.

Moralité : vous ne pouvez plus « contrôler » votre référencement en tapant une expression dans Google et en vérifiant que vous êtes sur la première page des résultats. D’ailleurs Google s’éloigne de plus en plus de la notion de « mots-clés ». Ses capacités de compréhension du langage sont telles qu’il est capable de déterminer le thème de votre contenu, et de vous classer dans des résultats de recherches n’utilisant aucun des mots utilisés dans votre site.

Bref : l’époque des mots-clés et de la première position sur Google, c’est bien fini, et depuis plusieurs années.

Aujourd’hui, ce qui compte, c’est le nombre de visites que vous obtenez en provenance de Google, et le nombre de fois où vos pages sont affichées sur Google. Et le meilleur moyen d’obtenir ce résultat est de rédiger des contenus intéressants et attractifs, puis de faire confiance aux moteurs de recherche pour les proposer aux internautes qui effectuent des recherches.

Il existe des outils (Celui de Google s’appelle « Google Webmaster Tools ») pour mesurer vos résultats. Si vous ne savez pas comment y ajouter votre site, un peu de patience, je ferai bientôt` un petit article sur le sujet.

Vous y découvrez :

  • Les requêtes tapées par les internautes
  • Le nombre de fois où Google a affiché vos pages (et lesquelles)
  • Le nombre de fois où un internaute a cliqué sur votre page (et, donc, a visité votre site)

Cela peut sembler plus compliqué que le bon vieux référencement, mais c’est une bénédiction, et ces informations sont bien plus intéressantes, parce qu’elles vous permettent d’évaluer à la fois votre présence sur Google et l’efficacité de celle-ci :

  • Le nombre de fois où Google a affiché vos pages est une indication de la force de votre présence sur Google
  • Le nombre de fois où l’affichage de ce lien a généré un clic est une indication de l’intérêt de vos contenus. Si vos résultats sont décevants, alors il faut penser à modifier vos titres, mieux décrire vos contenus, produire des pages qui vont attirer davantage de visiteurs.

Bref, ne cherchez plus à être le premier sur Google. Votre objectif désormais devrait être de proposer à Google les bons contenus, ceux qu’il va avoir envie d’afficher aux internautes, et surtout ceux que les internautes vont avoir envie de visiter... Ceci est une autre histoire, nous en parlerons bientôt.

30 juin 2017
de Fred Reillier
0 Commentaires

Nouveau site Web : un nouveau prospect en moins de trois jours

Il y a encore quelques jours j’étais comme un cordonnier mal chaussé. C’est à dire que je n’avais pas de site Web digne de ce nom, ce qui est vraiment grave pour une agence Web.

Mon vieux site datait de 2009… Il était plutôt réussi, à l’époque, et il m’avait apporté pas mal de business pendant les premières années. Et des projets passionnants.

Mais depuis quelques semestres : plus rien. La belle au bois Dormant : pas un contact, pas un prospect, peu de trafic. Et, de plus en plus, mes amis me disant que mon site ne fonctionnait pas sur mobile, qu’il n’était plus à jour, qu’il nuisait à mon image.

Il y a trois mois, une cliente a même préféré un autre prestataire en me disant « J’aurais voulu vous choisir mais quand j’ai vu votre site web, ça n’était plus possible ».

Je voudrais la remercier pour cette claque. Ca m’a donné l’énergie pour passer quelques heures supplémentaires à actualiser le site lesmotspourleweb.com.

Je suis passé de Drupal à WordPress (pour ceux que ça intéresse), j’ai repris les contenus existants, retravaillé la présentation, mis à jour les infos, veillé à ce que ça fonctionne sur mobile, et j’ai mis en ligne.

Résultat : au bout de trois jours, un mail d’un prospect qui était venu butiner sur le nouveau site, et m’a demandé un devis.

Moralité : Vous aussi vous avez besoin d’un site Internet pour développer votre business !

 

6 juin 2016
de Fred Reillier
0 Commentaires

Un blog, c’est vraiment très efficace

Je dis souvent à mes clients qu’ils devraient ajouter un blog à leur site. La plupart n’écoutent pas ce conseil, car ils n’aiment pas écrire, craignent de manquer de temps ou n’ont pas le budget pour payer quelqu’un à faire cela à leur place.

Moi-même, il m’arrive d’oublier de bloguer pendant de longues périodes. Pour le regretter amèrement par la suite.

De zéro à 6000 visiteurs par mois

Aujourd’hui, un petit exemple pour vous encourager (et m’encourager également). Il s’agit d’un client avocat. Il avait un site Web qui vivotait, m’a demandé de le refaire et de l’aider à trouver du business avec Internet. Je lui ai donc refait son site, et je lui ai donné le conseil habituel : « Tu devrais faire un blog ».

La chance, c’est qu’il aime écrire. Alors il s’est pris au jeu. Il a commencé à publier un ou deux articles par mois, pour expliquer les nouvelles lois concernant sa spécialité, de manière très pédagogique. Au bout de trois ou quatre mois, il a commencé à raconter à tout le monde que j’étais génial, et que grâce à son site il avait relancé son affaire, qu’on le contactait pour des dossiers, pour donner des cours, pour écrire des articles… Et aujourd’hui, un an plus tard, il blogue de plus belle, avec des résultats impressionnants.

Ci-dessous, une capture d’écran des statistiques de son site :

Evolution de la fréquentation d'un site avec un blog tenu régulièrement

Quelques explications

Première observation : les résultats sont parfois longs à venir. Mon client a commencé à bloguer en mars 2015, et pendant 5 ou 6 mois, le trafic de son site n’a pas vraiment décollé. Principale raison : les mois d’été ne sont jamais la meilleure période.

A la rentrée 2015, on a amélioré un peu les choses : il a trouvé un style plus convivial pour ses articles (avec de nombreuses illustrations et schémas pour rendre la matière plus simple à comprendre), et il a commencé à partager automatiquement ses articles de blog sur son profil LinkedIn (c’est très simple à faire, surtout si on utilise WordPress). Dans le même temps, il alimentait soigneusement sa newsletter, hébergée chez Mailchimp (je ferai bientôt un article sur le sujet), grâce à laquelle tous ses clients et prospects sont alertés lorsqu’il publie un nouvel article.

Résultat : mois après mois, le trafic augmente, et le chiffre d’affaires également.

Evidemment, ce genre de démarche est mieux adaptée aux professionnels qui proposent des prestations au prix unitaire élevé (si vous vendez des produits à 3,00€ pièce, il faut un dispositif nettement plus sophistiqué pour être rentable en ligne, ceci est une autre histoire), mais vraiment, le jeu en vaut la chandelle, comme l’illustre parfaitement le cas de ce client (particulièrement talentueux).

Aujourd’hui, je me pose la question suivante : comment faire pour mieux accompagner les clients qui n’ont pas le goût ni le temps de passer leurs soirées à alimenter leur blog ? Quel dispositif leur proposer ? Comment les convaincre, puis les aider à obtenir des résultats ?

Je suis en train de réfléchir à la question, et je suis preneur de toutes vos suggestions…

 

23 avril 2014
de Fred Reillier
Un commentaire

Loi Hamon sur la consommation : quelles modifications pour votre boutique en ligne ?

La loi Hamon sur la consommation contient des dispositions importantes sur le e-commerce, qui imposent à tous les propriétaires de boutiques en ligne des modifications importantes et obligatoires dans les informations affichées sur leur site, et dans les délais de rétractation, la conservation des données, etc…. Ces mesures entrent en vigueur le 14 juin 2014.

Je viens de trouver un excellent article sur le site Les Echos, qui récapitule tout ce qu’il faut savoir pour vous mettre en règle :

E-commerce, 10 actions à mener pour respecter la loi Hamon

Pour en savoir plus sur les différents aspects de la loi Hamon (assurances, litiges, démarchage abusif, etc…), vous pouvez consulter une petite animation thématique très didactique sur le site du ministère de l’économie : http://www.economie.gouv.fr/loi-consommation.

Et pour aller plus vite à l’essentiel, un récapitulatif sur le site service-public.fr : Ce qui change avec la loi Hamon

17 mars 2014
de Fred Reillier
0 Commentaires

Le secret du succès de votre site Internet

Tout le monde le connaît, mais peu de gens l'utilisent...

Pourquoi tant de projets web déçoivent

Réaliser un site Internet est un investissement : en temps, en énergie, en argent. Un site Internet réussi est donc un site dont les résultats sont à la hauteur de l’investissement consenti. Ces résultats peuvent être de différentes natures :

  • Des ventes supplémentaires, soit en ligne si vous avez une boutique, soit parce que les visiteurs de votre site viennent acheter vos produits;
  • Des abonnés;
  • Une meilleure notoriété, de la visibilité;
  • Davantage de visites dans votre magasin ou votre showroom;
  • Une fidélisation des clients existants;
  • Une amélioration de vos relations avec vos fournisseurs;
  • La mise en place de nouveaux services rentables

La liste serait longue. Elle est spécifique à chaque profession, chaque type d’activité.

Le malheur, c’est que pour une part importante des sites que je réalise, je ne suis pas capable de dire s’ils sont réussis ou non. Parce que pour se prononcer sur se point, il faudrait, au préalable, avoir fixé des objectifs, et mettre en place le moyen de les mesurer.

Or la plupart de mes clients, TPE ou indépendants me demandent de réaliser un site rapidement, et pas trop cher. Ils ont peu de temps pour réfléchir à leur site, encore moins pour apprendre toutes les subtilités de la mesure des résultats, consacrer du temps à alimenter leur site, à créer des contenus, à rentabiliser leur investissement.

De mon côté, j’ai rarement l’occasion de les encourager à considérer cet investissement sous l’angle des bénéfices qu’ils pourraient en attendre. C’est de ma faute. Et c’est frustrant. Frustrant parce que je ne fais pas mon métier comme j’aimerais; frustrant parce que bien souvent le client est démuni et ne sait pas si son site lui est utile ou non. Il y a donc de fortes chances qu’il soit plutôt déçu.

C’est pour répondre à cette frustration que je compte mettre mes idées au clair dans ce blog, puis dans l’e-book qui en sortira.

Mon objectif, c’est de proposer à tout porteur de projet, même s’il ne connaît rien à Internet, une lecture de moins d’une heure lui permettant de se poser les bonnes questions. Ce texte, je le donnerai à chacun de mes nouveaux clients afin qu’il revienne vers moi avec des idées, un vrai projet, des objectifs à mesurer. Bref : une bonne raison de réaliser un site Internet. Je pense que cet outil me permettra d’améliorer mes clients, donc les sites web que je réalise pour eux.

Les objectifs et leur déclinaison, un exemple

Pour répondre à la question « Qu’est-ce qu’un site Web réussi ? », il faut considérer deux dimensions : les objectifs, qui sont une question purement liée à votre activité, et la déclinaison de ces objectifs en stratégie sur le Web, qui sont le métier de votre prestataire. On ne peut pas réussir un projet Web si on oublie la première dimension.

Prenons un exemple, pour illustrer: votre activité est un service de proximité, vous exercez votre activité dans une ville, un quartier. Certains de vos clients peuvent venir de loin si vous êtes une star, mais à priori, la plupart d’entre eux seront à une distance raisonnable, et vous trouveront en effectuant une recherche sur votre activité associée à une localité ou un quartier. 

Internet peut vous aider de plusieurs manières :

  • Etre le professionnel le plus visible de votre zone géographique, et attirer mieux que vos concurrents les internautes qui ont besoin du service que vous proposez.
  • Si vous répondez sans arrêt au téléphone pour répondre aux mêmes questions, vous pouvez vous fixer comme objectif de mettre en avant toutes les informations utiles et d’inciter vos clients à les consulter en ligne, ainsi vous ne perdrez plus un temps précieux
  • Si votre activité tourne autour de la prise de rendez-vous, vous pouvez envisager un agenda en ligne. Rien ne vous empêche de garder des créneaux « classiques » pour vos clients habituels, qui vous connaissent et ont besoin de vous avoir au bout du fil. Mais la possibilité de prendre rendez-vous en ligne peut séduire certains nouveaux venus.
  • Si vos services sont complexes ou variés, les présenter sur votre site peut permettre à vos clients de les découvrir alors que vous n’avez jamais eu le temps ou l’idée de leur en parler. Vous pouvez vous fixer comme objectif de promouvoir et développer vos services peu utilisés.
  • Dans certains cas simples, une demande de devis en ligne peut être mise en place, et si elle est bien conçue, donner à vos clients toutes les explications utiles sans vous mobiliser
  • Si vous remportez des prix, donnez des conférences, si les journaux parlent de vous, si vous avez des informations à partager qui valorisent votre professionnalisme, alors vous pouvez les publier sur votre site, ce qui améliorera votre positionnement sur les moteurs de recherche.
  • Si vous faites fréquemment des  journées portes ouvertes, offres spéciales, promotions, concours et autres initiatives, construire une liste d’adresses e-mail vous permettra de fidéliser davantage vos clients et d’améliorer l’impact de vos opérations commerciales.

A chacun de ces objectifs correspondent des actions spécifiques : référencement local, rédaction, emailing, développement, installation et configuration d’un module dédié à l’une ou l’autre des fonctionnalités souhaitées…. Et à ces actions correspondent des coûts.

Réfléchir avant d’agir

Le projet web réussi n’est pas celui qui vous coûtera le moins cher. Ca n’est pas non plus celui qui suivra l’intégralité de ces prescriptions. Le projet web réussi sera celui pour lequel vous aurez sélectionné en priorité les actions pertinentes, les plus susceptibles de vous aider dans votre activité. C’est le projet qui rentabilisera votre investissement.

Je parle d’investissement et de rentabilité, mais il ne s’agit pas seulement d’argent : certaines fonctionnalités impliquent une modification de votre manière de travailler. Publier des informations est une activité qui prend du temps; accepter les rendez-vous ou ses réservations en ligne suppose de vous réorganiser pour ne pas commettre d’erreurs, vous lancer dans l’emailing ou les réseaux sociaux ne se fait pas n’importe comment… La dimension apprentissage / remise en question fait partie de l’investissement. Il faut que vous le « sentiez », que cela corresponde à votre personnalité.

Par exemple, j’ai souvent discuté avec l’un de mes cousins, qui est chiropracteur, de la prise de rendez-vous en ligne. Il m’a expliqué que ça ne lui paraissait pas possible dans son cas, car lorsqu’il a un patient au téléphone, il lui pose deux ou trois questions pour évaluer le temps dont il aura besoin, et cela lui permet d’estimer la durée du rendez-vous, le degré d’urgence. Le côté humain de son service est essentiel, il n’a pas intérêt à le dégrader pour gagner un peu de temps.

Bref, vous ne passerez jamais assez de temps à réfléchir à vos objectifs, aux modifications que vous pouvez envisager dans votre manière de travailler. C’est cette réflexion-là qui va assurer le succès ou non de votre site Internet. Mon but, dans les billets qui suivront, est de vous guider pas à pas dans cette réflexion.

10 mars 2014
de Fred Reillier
0 Commentaires

Projet de e-book : la stratégie web pour les indépendants et les TPE

Pour rendre ce blog vraiment utile

Ce blog est en pause depuis quelques mois. En effet, après de bons débuts, j’ai eu la sensation de faire fausse route. Il fallait que j’arrête et que je repense le projet.

A l’origine, j’ai créé ma-petite-entreprise-sur-le-web sur un coup de tête, parce que je suis convaincu qu’Internet est un outil puissant qui peut rendre des services incroyables aux petites structures et aux indépendants, s’ils s’en servent de manière pertinente. J’ai donc acheté un nom de domaine, installé WordPress, et commencé à publier des articles. Une manière de « réfléchir à haute voix ».

J’ai eu de bons retours, et je ne suis pas mécontent des articles, lorsque je les relis. Mais le résultat ne me semble pas à la hauteur de l’enjeu. Un blog est une forme un peu trop brouillonne pour fournir une véritable feuille de route à un professionnel qui ne connait pas bien Internet et aimerait s’y plonger.

J’ai donc réfléchi, puis décidé de m’y prendre autrement : je vais rédiger cette feuille de route sous la forme d’un e-book. Je voudrais que le résultat soit clair, facile à lire, bref (une heure de lecture maximum), et rempli de conseils utiles simples à mettre en pratique. 

Donc, à partir d’aujourd’hui, je reprends le blog pour publier le premier jet de ce e-book, que je mettrai en forme une fois qu’il sera terminé. En parallèle, je vais rencontrer et interroger un maximum d’indépendants et de petits patrons pour mieux comprendre leurs besoins, les difficultés qu’ils rencontrent, pour connaître leurs expériences, leurs succès et leurs échecs. N’hésitez pas à me contacter si cela vous intéresse d’échanger et de contribuer à ce projet par votre témoignage.

Voici un premier projet de plan. Ou plutôt la liste des thèmes que je compte aborder :

Stratégie web pour les TPE et indépendants

Première partie : la stratégie

Introduction : le Web marketing c’est attirer, convaincre, fidéliser.

  • 1 –  Attirer : la visibilité
  • 2 – Convaincre : la conversion
  • 3 – Fidéliser : la conversation
  • 4 – Mesurer les résultats

Seconde partie : la mise en œuvre

  • 1 – Analyse des différents types de sites
  • 2 – Check liste des choses à réaliser pour réaliser son site
  • 3 – Comment s’y prendre, comment s’organiser ?
  • 4 – Les intervenants
  • 5 – Les outils

Bon ben voilà. On commence demain…

26 novembre 2013
de Fred Reillier
0 Commentaires

A quelles aides publiques avez-vous droit pour votre entreprise ?

Guichet entreprises.frQuelles sont les aides publiques, crédits d’impôts et subventions dont vous pouvez bénéficier pour développer votre entreprise, investir, faire face à des difficultés, exporter ? Je mettrais ma main au feu que la grande majorité des indépendants et patrons de PME n’ont qu’une vague idée de l’étendue des possibilités.

J’en suis d’autant plus convaincu que je viens de tomber sur un outil qui les recense toutes, ces fameuses aides. Et j’avoue que j’ai découvert une galaxie aux contours infinis !

L’outil se trouve sur le site guichet-entreprise.fr. Un site censé aider les créateurs d’entreprise à réaliser leurs démarches en moins d’une heure… mais là n’est pas l’essentiel. La rubrique vraiment intéressante se trouve à l’intérieur du site : c’est un répertoire complet des aides publiques aux entreprises.Choisissez un type de projet, indiquez votre ville ou votre région, et vous aurez accès à toutes les informations.

J’avoue, une fois les premières minutes d’enthousiasme passées, que j’ai été un peu rebuté par l’idée que la moindre de ces aides suppose de se soumettre à une paperasserie pas toujours compatible avec l’emploi du temps d’un non-spécialiste qui doit s’occuper avant tout de ses clients. J’ai aussi (déformation professionnelle de l’ergonome) regretté la manière peu intuitive dont la recherche est organisée… Mais bon, si on râle tout le temps on n’avancera jamais. J’espère sincèrement que ce genre d’outil va se généraliser, s’améliorer, et finira par aider ceux qui en ont besoin à trouver les aides dont ils ont besoin.

 

12 novembre 2013
de Fred Reillier
0 Commentaires

Les PME et Internet : un état des lieux par Price Minister / La Poste

Je viens de tomber sur cette étude publiée il y a plus d’un mois (j’étais à l’étranger), réalisée par Price Minister et La Poste, qui présente un état des lieux de l’usage d’Internet dans les PME.

Il s’agit de la quatrième édition de leur « Baromètre e-Commerce des Petites Entreprises », réalisé par OpinionWay* auprès d’un échantillon de 1005 entreprises.

Plus de 80% des entreprises interrogées ont moins de 10 salariés. L’étude reflète donc les pratiques des petites structures. Peu de grosses surprises, mais un panorama intéressant de la réalité d’Internet dans les PME en cette fin d’année.

Lire la suite →

3 octobre 2013
de Fred Reillier
0 Commentaires

Une mine d’or : les livres blancs Altics

Les livres blancs AlticsAltics est une société de conseil basée à Lyon, spécialisée dans la conversion et l’optimisation des sites de e-commerce. Une excellente agence avec laquelle j’ai réalisé plusieurs missions passionnantes.

Au cours de ces dernières années, Altics a publié une trentaine de livres blancs que vous devriez télécharger, si vous voulez bénéficier de conseils avisés pour améliorer votre boutique en ligne. Vous trouverez dans la bibliothèque Altics des livres blancs thématiques (étude des performances de sites de tourisme, de vente de bijoux, etc…), des livres plus transversaux (bonnes pratiques pour améliorer votre conversion, m-commerce, animer votre page Facebook).

Les livres blancs Altics ne sont pas de simples études rédigées par un consultant qui donne son opinion (même si ce genre d’étude est parfois passionnant). Ils sont tous basés sur le passage au crible de sites de référence, sur l’utilisation de l’eye-tracking, sur des grilles d’analyse rigoureuse : les résultats sont VRAIMENT solides, argumentés. Et les conseils que vous trouverez ici sont des conseils qui marchent.

Bref, lecture obligatoire !

C’est ici : http://www.altics.fr/fr/nos-etudes/

18 juin 2013
de Fred Reillier
0 Commentaires

Tester gratuitement des outils en ligne pour votre petite entreprise avec le PME Pack

PMEPackInternet, pour une TPE-PME, c’est un univers incroyable de services, payants ou gratuits, pour mieux travailler : gérer ses comptes, ses clients, sa messagerie, sauvegarder et partager ses fichiers, communiquer avec ses fournisseurs, comparer les prix… Il y a une infinité de sites qui peuvent vous rendre d’énormes services et vous rendre plus productifs (je prépare d’ailleurs un petit guide à ce sujet…).

Le PME Pack, que je viens de découvrir, est une excellente initiative pour vous permettre de tester une dizaine de ces services gratuitement pendant plusieurs mois. Petite originalité qui a son importance : il s’agit de services Made in France, conçus pour les PME françaises par des PME et startups françaises.

La liste est plutôt intéressante, et l’offre vous permet d’économiser au total 2 500€ par rapport aux périodes d’essai classiques de chacun de ces services :

  • Contract Live, pour automatiser la gestion de vos contrats : 6 mois gratuits
  • PressKing, pour la gestion de vos relations presse en ligne : 12 mois gratuits
  • Textmaster, pour traduire vos documents : 3 pages gratuites (pas énorme, mais la traduction, ça ne s’automatise pas. Et 3 pages bien traduites, ça ne peut pas faire de mal)
  • Photolia (banque d’images libres de droits) : 30 photos HT offertes sur 6 mois
  • Azendoo (gestion de projet et travail de groupe) : 6 mois gratuits pour 1 à 15 utilisateurs (j’ai testé ce service et il est remarquable)
  • Mailjet, solution d’emailing : 6 mois gratuits
  • Mention, pour suivre votre marque sur les réseaux sociaux : 6 mois gratuits
  • Sellsy, CRM et facturation : 3 mois gratuits / 1 utilisateur
  • iAdvize, relation client instantanée (click-to-chat) : 3 mois gratuits / 1 utilisateur (plus difficile à utiliser lorsqu’on travaille seul)

Seule condition pour participer au tirage au sort des 1000 PME qui pourront bénéficier du PME Pack : avoir un numéro de TVA et vous inscrire sur le site : http://pmepack.org/

Dépêchez-vous, il ne reste que quelques jours !

%d blogueurs aiment cette page :